Le cri d’effroi !

Published On December 7, 2017 | By Radio Xplosion | Xplosion News

Longtemps plongée dans une sorte de torpeur, la société civile haïtienne se remobilise à la faveur de la marche du 5 décembre contre la corruption. Une action civique qui fédère, autour du Collectif du 4 décembre, une pléiade d’associations et fédérations alarmées à juste titre par les ravages du couple maléfique, corruption et impunité.

La corruption, cette hydre à sept têtes visqueuse et rampante pénètre partout dans nos structures tant du privé que du public, déployant ses anneaux mortels dans nos tribunaux, nos centres de formation, nos associations et syndicats. Le monstre trouve un milieu favorable à son épanouissement parce que depuis toujours, l’impunité lui a permis de faire paisiblement son nid. Et, aujourd’hui, c’est toute une société qui est en train d’étouffer et qui réclame de l’oxygène sous la pression asphyxiante de la « bête immonde ».

La nation haïtienne a, par le passé, demandé des comptes qui ne lui ont jamais été rendus. Hormis quelques mesures spectaculaires de mise sous séquestre de biens mal acquis, relevant beaucoup plus de la politiquespectacle que d’une vraie politique de justice distributive, le pays a toujours été le grand perdant dans un jeu à somme nulle. Les mensonges d’État ont jeté tout au cours de l’histoire un voile impudique sur le visage d’une justice qui porte le masque hideux de l’impunité.

Les procès de la Consolidation au XIXe siècle et celui des Timbres au siècle suivant ne sont que de trop rares épiphénomènes pour changer la donne de ce qui est devenu une forme de gouvernance, mais aussi d’un point de vue sociologique un habitus.

La corruption n’est certes pas une affaire interne haïtienne, même si dans des sociétés comme la nôtre ses ravages sont plus dévastateurs à cause de la précarité des institutions, enclines à succomber à sa tentation quasi totalitaire. Au Brésil récemment, une enquête révélait qu’un réseau constitué d’hommes d’affaires, de directeurs d’entreprises et de politiques a détourné en une décennie jusqu’à quatre milliards de dollars, destinés notamment à financer les partis de la coalition au pouvoir à l’époque. Ces flux de trésorerie opaque, une fois blanchis, permettaient de financer des hommes et des partis politiques. Une cinquantaine de politiques ont été mis en cause, parmi lesquels les deux présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat.

La société civile dominicaine s’est-elle aussi insurgée ces derniers temps contre la corruption d’État et ses multiples ramifications dans le privé. En France, le journal d’information numérique Mediapart révèle aussi souvent qu’il le peut les dessous de table de quelques hommes politiques réputés audessus de tout soupçon. Toute la différence avec ce qui se passe dans notre pays réside dans le « kase fey kouvri sa », aggravée par notre incapacité institutionnelle à mener des enquêtes sérieuses et indépendantes.

La marche du 5 décembre aura la vertu d’exprimer l’indignation de toute une citoyenneté en détresse qui refuse l’inacceptable, c’est-à-dire la chute interminable d’une société aspirée par les abysses de pratiques malveillantes et contreproductives. Pour combattre ce mal qui répand la pauvreté de masse dans un pays aux faibles ressources, il faut se mobiliser pour arrêter l’hémorragie de nos capacités financières précaires.

À ce propos, il faudra envisager un suivi institutionnel à la marche. La mise en place d’observatoires de la corruption ou de groupes multidisciplinaires devant se pencher sur un programme d’action global et examiner la possibilité en partenariat avec le législatif des instruments juridiques dans ce domaine. La signature de conventions et/ou l’adoption d’un code de conduite constitué par les principes d’action contre la corruption dans les entreprises, tel que préconisé par Transparency International, sont une des voies à explorer.

Le phénomène concerne aussi les familles, les églises, les organisations non gouvernementales qui ont leur rôle à jouer en vue de la promotion de bonnes pratiques éloignées de la sous-culture du « brassage », du « degaje pa peche ». Ne pourrait-on pas dire, comme pour l’école, que tant vaut l’État, tant vaut la nation ?

Like this Article? Share it!

About The Author

HISTORIQUE DE RADIO XPLOSION FM
La communication, reste et demeure une nécessité depuis la nuit des temps, se connecter l’un à l’autre est un besoin humain. L’homme a tout essayé afin de briser les distances, de façon à maintenir le contact avec ses semblables. “On ne peut communiquer “, (a-t-il fini par réaliser). D’où l’apparition de l’alphabet Braille, du télégramme, du courrier postal, du téléphone, de la télévision, la radiodiffusion ou plus récemment de l’Internet.
Quant à la radiodiffusion, elle joue et continue de jouer un rôle important dans le quotidien des êtres humains qui sont multidimensionnels, globaux et intégrés, appelés à l’épanouissement le plus total de leur être. A la maison, sur l’autoroute, au bureau, au resto, dans les supermarchés, on retrouve souvent des postes de radio allumées sur une station quelconque, soit pour écouter des émissions, des informations, de la musique, ou des débats sur des sujets variés. La radio peut contribuer à l’éducation, la formation morale et civique d’un peuple. Elle peut donner aux « sans voix » un moyen de se faire entendre. Et dans un pays comme, Haïti, la radio est considérée, non seulement comme un médium de communication et d’éducation, mais aussi comme une arme dont certains de nos leaders craignent ou utilisent à leur avantage. Bref, nous pouvons dire qu’elle constitue le 4ème pouvoir.
Naissance de Radio Xplosion
C’est surtout dans le souci de former et d’informer la population haïtienne en général, la jeunesse Artibonitienne en particulier, que la Radio Xplosion a pris naissance au cœur de la terre salée, Gonaïves, la fière Cité de l’Indépendance. En fait, la station fut officiellement lancée sur les ondes hertziennes le 23 Octobre 2007. Ses premières émissions d’essai furent réalisées sur la fréquence de 90.3 FM pendant quatre mois. Pour des raisons indépendantes de la volonté de son staff et sur demande de la CONATEL, la station a changé sa fréquence de diffusion de 90.3 FM à 96.5 FM. L’inauguration officielle a eu lieu le 14 février 2008. De ce fait plusieurs activités culturelles avaient eu lieu sur la place de cette ville.
Avec un émetteur digital d’une puissance de 500 watts, la Radio Xplosion peut être captée aisément et sans relais sur 96.5 FM Mhz dans presque toutes les villes et les sections communales du Grand Nord d’Haïti (composé des départements géographiques de l’Artibonite, Nord-Ouest, Nord-est, et Nord); ce qui fait d’Xplosion la plus puissante et la plus écoutée des radios du département de l’Artibonite. Avec des matériels électroniques de la plus haute technologie, un staff compétent et professionnel, une sonorisation hors pair, une grille de programmation balancée avec diverses émissions pour tous les goûts, à tous les niveaux et surtout pour le plein épanouissement d’une jeunesse assoiffée d’ambiance, Radio Xplosion est devenue, en peu de temps, la référence des habitants de ce département.
Il convient de signaler que, lors du dernier cataclysme naturel qui a frappé très fort Haïti, surtout le haut de l’Artibonite, en Septembre 2008 par des ouragans Hannah et Ike, Radio Xplosion a hébergée plus d’une cinquantaine de personnes au deuxième étage de son bâtiment, sauvant ainsi des vies humaines, que les eaux courantes, des ouragans n’ont pu emporter. Radio Xplosion se réjouit encore d’avoir été la seule a restée en ondes sans interruption. Durant des jours, la communication entre le haut Artibonite et le reste du monde était complètement coupée, mais grâce à Xplosion FM les gens en dehors de la cité de l’Indépendance ont pu s’informer des dégâts causés par les ouragans et obtenir les nouvelles de leur famille aux Gonaïves et dans les zones avoisinantes du Grand-Nord. Quelques prix d’honneur, ont été décernés par le Ticket Magazine, par la suite à trois (3) de nos meilleurs collaborateurs des ondes répondant aux noms de: René M. ROMAIN (Romano), le Directeur Général (DG), Alex CARRIE et Fresner VERNET, Directeur Technique (DT), (Réf. no 332, Ticket Mag).

Après des années de services fournis à la population Artibonitienne, Radio Xplosion est incontestablement réputée comme la meilleure des radios du département de l’Artibonite. Dans le souci de permettre aux Haïtiens vivant un peu partout à travers la planète de savourer un peu nos diverses émissions, Radio Xplosion s’est également fait une place sur le net sur www.radioxplosion.com

Votre participation compte
A ce point, votre support est vraiment important. Si vous êtes propriétaire d’entreprises, nous vous proposons plusieurs options telles que:
– Patronage de l’une des nos 3 émissions les plus écoutées
– Publicité en plein temps au cours de chacune de nos émissions d’infos et de musique
– Affichage sur notre site Internet d’une affiche publicitaire pour votre entreprise.
Les points de contacts de Radio Xplosion:
Tel: (954) 364-7575 (Studio) / (305) 280-9090 (Office) / (605) 477-9648 (AudioNow)
Cell: (509) 3871-2828 /3398-3030 / 3142-9797 / 4395-6565
Email : [email protected] / [email protected]